« On n’est pas sérieux quand on a 17 ans »… Meddy Neddir, le Biterrois qui fait mentir Rimbaud

Il est lycéen, en terminale ES au Lycée Henri IV à Béziers et a fait sensation lors du grand débat. Meddy Nedir est un jeune homme fascinant. Né à Montpellier,  Biterrois depuis son enfance, il a fait de l’engagement son maître-mot : « j’ai grandi à Béziers, je m’y investis. »

« C’est venu en première lorsque je me suis engagé au conseil de la vie lycéenne (CVL) de mon lycée, j’avais envie d’améliorer les conditions de vie en collectivité avec mes camarades. Les élections au Conseil académique de la vie lycéenne ont suivi et je me suis dit pourquoi ne pas m’investir à une autre échelle ? » Meddy devient alors représentant de l’Académie de Montpellier au niveau national. Il a le courage d’afficher ses opinions et promouvoir des valeurs comme la lutte contre le harcèlement, porter des initiatives au niveau national. « Il y a eu des élections, j’ai candidaté et jai été élu » explique t-il simplement.

L’incarnation de l’engagement

Meddy Nedir est actif : dans le CVL de son établissement, une vente de roses est organisée chaque année, un carnaval, un bal de fin d’année. Il siège de manière assidue au niveau académique dans les commissions de travail sur l’écologie, la citoyenneté chez les jeunes et divers autres sujets « qu’on essaye d’impulser à différentes échelles selon les instances ».

La défense de l’intérêt général est son sujet phare : « Il y a un débat dans le lycée, cette année, sur le maintien de l’atelier science politique : c’est une véritable chance pour l’établissement de rompre avec le déterminisme social. Il n’y a que les personnes issues de milieux aisés qui peuvent intégrer des IEP car ils ont les moyens de payer des prépas. À Henry IV, on a la chance d’avoir cette prépa qui est de qualité et qui a des résultats significatifs en termes d’admission ». Les dysfonctionnements du lycée ces derniers mois n’ont pas non plus échappé au jeune homme. Avec ses camarades, il a organisé une mobilisation pacifique pour les dénoncer :  « on se rassemble pour se faire entendre ».

Et de revenir sur son intervention au Grand débat de Béziers : « J’y suis allé car je suis un citoyen actif, que je souhaite contribuer à la vie en collectivité. Je suis passionné de politique : la politique au sens premier, c’est la vie de la cité. Donc, j’ai eu le désir de m’impliquer et d’assister à ce débat. Je n’avais pas l’intention de prendre la parole et lorsqu’on a évoqué le point de la classe politique, j’ai dit ce que je pensais pour améliorer peut-être les choses dans le cadre du grand débat national. »

« J’ai un désir accru de m’investir pour le citoyen et d’essayer améliorer la vie en collectivité de la meilleure des façons possibles, c’est le sens de mon engagement futur en politique. »

L’ambition de Meddy est d’intégrer une fac de droit, décrocher une licence et d’entrer à Science po. Mais, son grand projet, nous confie-t-il « c’est de m’investir et de matérialiser ça à travers une candidature à la députation. Ce serait mon rêve ! »

A Béziers, Meddy est aussi actif dans la vie politique : il s’est engagé avec le Président du Cercle de réflexion « Pour Béziers », Thierry Mathieu. « Les valeurs qu’il promeut, sa vision des choses sont celles que je partage et donc je souhaite m’impliquer dans sa campagne pour les Biterrois. Je participe au cercle de réflexion et c’est une très bonne chose de voir les Biterrois donner leur avis, proposer des choses et faire des constats sur le fonctionnement de la commune. »

Un regard qui retient l’attention, de l’humilité et des prises de positions assumées : on passerait des heures à échanger avec lui, mais les cours au lycée reprennent dans peu de temps et nous devons, à regret, écourter notre échange. Peut-être le recroiserons-nous, au détour d’une balade au jardin des poètes qu’il apprécie tant pour sa tranquillité ? Ou dans quelques années où nous lui souhaitons réussite et parcours brillant.

Arthur Rimbaud s’est trompé : on peut être sérieux quand on a 17 ans, n’est-ce pas Meddy ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *