Terre de Liens : une association citoyenne qui fait pousser des fermes

Terre de Liens est un mouvement citoyen français qui se déploie à l’échelle nationale.

Il vient de fêter ses 15 ans d’existence à Montpellier ainsi que dans plusieurs « fermes ouvertes » de notre région.

L’Agora du Biterrois a rencontré André Robinet, le président de l’association régionale.

L’Agora du Biterrois : Qu’est-ce que Terre de Liens ?

André Robinet : Au départ, c’est un mouvement associatif, créé il y a quinze ans, qui veut :

– acquérir des terres agricoles pour éviter leur disparition et les préserver à long terme
– les louer à des agriculteurs, souvent des paysans sans terre ou sans moyens financiers pour en acquérir, et qui y pratiqueront une production biologique ou paysanne
– inventer de nouvelles réponses à la crise du foncier agricole et réunir citoyens, décideurs et acteurs agricoles autour de ces perspectives

Comment faites-vous pour acquérir des terres ?

Il faut des capitaux. Et une simple association manque de moyens. Donc le mouvement a créé une société Foncière spécialisée. Elle fait appel à l’épargne publique sous le contrôle de l’Autorité des marchés Financiers. Les gens qui y placent leur épargne bénéficient d’un avantage fiscal. Une fois qu’une ferme est achetée par La Foncière, celle-ci la gère en tant que propriétaire : établit le bail, gère les locations, entretient les bâtiments, suit l’évolution des projets…Terre de liens a aussi créé une Fondation qui peut recevoir des dons et legs.

Comment êtes-vous organisés localement ?

Nous avons une association régionale qui correspond au territoire du Languedoc-Roussillon. Nous nous rapprochons de celle de Midi-Pyrénées pour faire vivre une entité « Occitanie ». Au total, cela représente entre 4 et 500 personnes. Mais ces échelles régionales sont trop vastes pour une vraie vie associative locale. Nous voulons donc faire vivre des groupes plus locaux à une échelle départementale ou même « petite région » ou bien encore « intercommunalités ». Là, tout est affaire de volontés et de circonstances locales. Pourquoi pas un groupe à créer dans le biterrois ?

Comment faire pour cela ?

Je recommande aux personnes intéressées d’aller voir notre site web qui est très documenté : terredeliens.org

Puis elles peuvent prendre contact avec notre siège par tél au 09 70 20 31 18 ou par mail en envoyant un message à lr@terredeliens.org

Nous les recontacterons pour voir si on peut organiser une première rencontre sur place et, pourquoi pas, faire vivre un groupe local.

Vous avez des projets dans le biterrois ?

Oui, plusieurs sont à l’étude actuellement. Je citerai Capestang, Vendres et La Ttour sur Orb.

De quoi s’agit-il ?

A Capestang, commune de quasi monoculture viticole, la mairie a sollicité Terre de Liens pour favoriser l’émergence de projets agricoles nouveaux dont la production serait commercialisée en vente directe ou en circuits de distribution locaux. Cela passe par une analyse des potentialités et un  dialogue avec les propriétaires de terres non utilisées. Des perspectives concrètes se dessinent.

Militants de Terre de Liens et responsables communaux en pleine « veille foncière citoyenne » sur le territoire de Capestang

A Vendres, un domaine de plus de 50ha est à vendre, Terre de Liens a été sollicitée pour l’acquérir et le redistribuer ensuite par location à des agriculteurs qui s’installeraient ou qui sont déjà installés mais à l’étroit dans leurs surfaces actuelles. Les bâtiments seraient utilisés en partie pour l’agriculture et en partie pour d’autres projets. Ce dossier est en cours d’étude.

A  La Tour sur Orb, nous travaillons à la sauvegarde et à la transmission d’une ferme paysanne de maraîchage et d’arboriculture fruitière (aviculture et apiculture sont envisagées également). Le cédant part à la retraite. Il y a une famille de repreneurs très intéressés et compétents, mais sans moyens financiers pour acheter terres et bâtiment. Nous avons donc candidaté auprès de la Safer pour acquérir ce bien et leur louer ensuite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *