Sophie Julien : guider c’est mon métier

Si Socrate faisait accoucher les esprits, Sophie Julien révèle les vocations

Quand vous passez devant le 3 rue Pierre Flourens à Béziers, vous entendriez presque la voix de Sophie Julien vous chuchoter « osez, entrez »! C’est ici que la collectionneuse a ouvert sa galerie d’art, il y a 4 ans, un 12 décembre 2014. S’élevant sur 3 étages, la galerie est belle et accueillante, l’atmosphère y est douce et on sent l’âme de sa propriétaire imprégner chaque pièce. « J’ai voulu en faire  un lieu d’art et de partage, c’est grand, j’aime faire venir les gens, leur faire franchir la porte. J’organise des apéros, des vernissages et même des moments privés pour les entreprises ».

Rien ne prédestinait Sophie Julien à ouvrir une galerie d’art, bien qu’elle soit collectionneuse depuis ses 18 ans Elle a étudié le droit constitutionnel et les sciences politiques. C’est en sortant de chez l’encadreur José Vilar, à Béziers, qu’elle a su qu’elle devait ouvrir une galerie d’art. « Une évidence » nous dit-elle.

Cette biterroise aime tout dans l’art et revendique son goût pour l’éclectisme, c’est ce qui guide ses choix : « la diversité est une richesse, elle donne de la puissance même si je mets toujours une forme d’harmonie dans mes accrochages ». Elle choisit ses artistes au coup de cœur : « s’entendre humainement c’est important. Emmanuelle Renard par exemple, elle est très connue. J‘ai vu un tableau sur Facebook et je lui ai proposé de venir exposer. Elle aime la galerie, mon état d’esprit et a accepté. On s’est rencontrée, la relation a été scellée. Pour vendre quelqu’un, il faut être en synergie avec lui. »

La galeriste a proposé 13 expositions la première année et s’en tient désormais à trois ou quatre par an entre sculptures, peintures, collectives ou solo. Elle se réserve une pièce « son espace» comme elle l’appelle, pour un client qui viendrait voir une toile en particulier ou pour des artistes avec lesquels elle n’a jamais travailler. « Je me garde des respirations.» souligne t-elle. Le sous-sol n’a pas de lumière par exemple, ce qui lui permet d’avoir des espaces différenciés et de bénéficier d’une liberté créative et d’accrochage.

Sophie Julien aime aussi transmettre, faire naître des vocations mais reste très humble à ce sujet. Elle se rend chaque année au lycée Henry IV, dans une classe de français de 1ère Es où elle initie les jeunes lycéens à l’art et répond à leurs questions. Sa seule exigence en contrepartie : que les élèves viennent voir au minimum 3 à 4 expos à la galerie. Elle s’est donnée pour mission de leur faire découvrir l’art et s’investit totalement dans cet objectif. «Quand je les vois passer devant la galerie, je leur dis  d’entrer. Je veux leur offrir la possibilité de franchir ma porte sans complexe. » Elle poursuit les yeux pétillants : « Au Lycée Jean Moulin, je me rends dans une classe d’histoire des arts et là, c’est les lycéens qui m’enseignent».

Cette galeriste singulière démocratise l’achat d’art. Ces prix sont affichés (à l’exception de l’exposition actuelle où il y a beaucoup d’artistes) pour éviter les moments de gêne. Elle facilite également les possibilités de paiement. «Mon plus grand bonheur : permettre aux gens de devenir propriétaire d’une œuvre unique.»

Représenter des artistes, faire vivre leurs oeuvres, guider les gens dans leur achat, faire naître des vocations de collectionneurs, c’est ce qui la fait vibrer. « Je leur apprends la patience, la manière de se faire l’oeil et au fur et à mesure de savoir ce que tu aimes et ce que tu n’aimes pas. Guider c’est mon métier ».

Nous parcourons alors les étages au son d’enrichissantes leçons d’art comme devant cette sculpture en forme de poisson de Bernard Brandi : «Regardez-la, ce  qui compte c’est l’ombre. Elle en dit plus que la sculpture elle même.»

Après cette escapade artistique, vous quitterez les lieux en rêvant de possédez une œuvre.  « Il n’ y pas de hasard »,  vous glisse t’elle à l’oreille.

Galerie d’art contemporain Sophie Julien

Exposition actuelle : Riba, Audiard, Di Rosa, Souverbie, Forest, Gourreau, Brandi, Solvès, Guerrin, Jacucha, Cliche, Monch, anbart, Renard, Chombart de Lauwe, Olry, Gietl

En décembre du Mardi au Samedi

14h – 18h30

Le Dimanche de 11h à 18h

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *