La Pieuvre du Midi, deux ans et demi d’existence et un nom dans le paysage de la presse biterroise

« Putain, 2 ans… » comme dirait la marionnette. La Pieuvre du Midi a vu le jour le 25 mars 2016, soit deux ans après l’élection de Robert Ménard à la mairie de Béziers.  Aux commandes de cet hebdomadaire paraissant le vendredi,   Pierre Emmanuel Azam, fin connaisseur de la vie politique biterroise et le dessinateur Jean Charles Lemaire.  L’idée de développer un hebdomadaire a germé dans la tête de ce journaliste expérimenté lors de la campagne des législatives de juin 2012 dans la 6ème circonscription de l’Hérault. Cette élection avait notamment opposé le député sortant Elie Aboud à la socialiste Dolores Roque. Très serrée,  elle s’était soldée par la victoire de la candidate socialiste par dix voix d’écart à la suite d’une triangulaire, élection invalidée en octobre par le conseil constitutionnel et qui s’était rejouée en décembre de la même année donnant cette fois une large victoire à Elie Aboud. Ce suspens, cette élection à rebondissements lui ont donné l’idée de développer un journal au contenu très politique. L’arrivée de Robert Ménard à l’été 2012 dans le mundillo politique biterrois n’a fait que renforcer le projet.

La Pieuvre est un journal lu par un public très politisé, majoritairement de gauche mais également de droite ou d’extrême droite. Il essaye de s’adresser à un lectorat de plus en plus large géographiquement, nous précise son rédacteur en chef : « La pieuvre couvre l’actualité de la commune de Béziers mais aussi des communes environnantes jusqu’à Pézenas et Agde.  De nombreux dossiers concernent les villages. En août 2018, un numéro est sorti sur la commune de Portiragnes »..

La ligne éditoriale se situe en opposition radicale avec la personnalité et les choix politiques de Robert Ménard très souvent caricaturés par des dessins de Jean-Charles Lemaire alias K. Pierre-Emmanuel Azam nuance néanmoins : « On critique Ménard car il a le pouvoir, si c’était Couquet ou Resplandy, on ferait de même. Je pense que Ménard est le plus mauvais maire de Béziers mais il a une personnalité et une trajectoire politique fascinantes. Et d’ajouter : « La Pieuvre est une sorte de Guignols de l’info au niveau local, on  ne rate  pas ceux qui ont du pouvoir. Le monde politique biterrois a une relation ambivalente avec ce journal, tous ont peur d’y être critiqués et vilipendés mais ne pas y figurer signifie également que votre poids politique est faible voire insignifiant ».

En observateur avisé de la vie politique locale, Pierre Emmanuel Azam se refuse à donner un pronostic pour l’élection de 2020 : « Certes Ménard est le favori mais l’élection n’est pas jouée ».

 La Pieuvre sera sans aucun doute au rendez-vous pour couvrir tous les épisodes de cette élection qui s’annonce passionnante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *