L’émergence de la ville littorale

Si le biterrois a vu sa population augmenter régulièrement depuis plus de quatre décennies, certaines communes ont connu une véritable explosion démographique. C’est le cas de Sauvian puisque sa population est passée de 1134 habitants au recensement de 1975 à plus de 5300 en 2018. Ce rythme de croissance rapide est également observé sur la commune voisine de Sérignan. Cette dynamique est la conséquence de plusieurs phénomènes conjugués: l’attractivité du littoral, la position dans un bassin d’emploi et la recherche de la qualité de vie des villages. Avec les nouveaux projets immobiliers comme celui de la ZAC les Moulières à Sauvian et surtout celui des Jardins de Sérignan, la population devrait atteindre à l’horizon 2025-2030, respectivement 6600 et 12000 habitants. Si l’on  rajoute les 4300 valrassiens, on se retrouve en face d’une nouvelle agglomération de presque 25 000 habitants. Agglomération qui avec les milliers de touristes, se permettrait même le luxe, le temps de l’été, d’être  la plus peuplée de tout  l’Ouest héraultais devant Béziers. Au-delà du nombre d’habitants, ce qui caractérise le plus une agglomération est le nombre et la qualité des infrastructures qu’elle possède. Avec la construction de la nouvelle piscine  et l’ouverture prochaine de la médiathèque Simone Veil, Sauvian complète parfaitement les infrastructures déjà existantes à Sérignan  (collèges, lycées, salle de concert et musée). Il ne manquerait qu’une clinique à cette agglomération pour vraiment apparaitre comme une nouvelle ville littorale.

 Le maire de Sauvian, Bernard Auriol, qui termine son troisième mandat, fait  partie avec Alain Biola (Bassan), Gérard Gautier (Cers)et Alain Romero (Espondeilhan) des maires  « historiques » qui ont assisté à la création de l’Agglo en 2002. Celui à qui l’on ne prévoyait pas un « grand destin » après sa victoires de quelques voix lors d’une quadrangulaire en 2001, s’affirme désormais comme une voix qui compte au sein du Conseil Communautaire surtout depuis 2014, et le changement de président à la tête de la communauté Agglomération de Béziers-Méditerranée (CABM). Sa dernière passe d’arme avec le maire de Béziers lors des débats autour de l’attribution de l’eau, montre que Bernard Auriol jouit d’une influence certaine auprès des conseillers communautaires. Il faut bien reconnaître que le maire de Sauvian possède quelques atouts à faire valoir. Avec ses 5400 habitants, Sauvian est  devenue la troisième commune de l’Agglo en termes de population. Mais surtout à l’heure où beaucoup de maire se plaignent de la baisse des dotations, Sauvian affiche une presque outrancière  santé financière avec un très faible endettement, la gestion municipale faisant même figure d’exemple dans certains milieux politico-économiques.

Laurent Gomez

INTERVIEW
Bernard Auriol, Maire de Sauvian

L’Agora du Biterrois : Estimez-vous qu’avec l’inauguration de la médiathèque le lundi 5 novembre prochain et la construction de la piscine l’année prochaine, la commune de Sauvian possède toutes les infrastructures nécessaires ?

Bernard Auriol : Pas tout à fait, Il manque encore le stade, les travaux commenceront début d’année prochaine. Mais c’est vrai que nous avons toujours veillé à ce que les infrastructures accompagnent  harmonieusement l’accroissement de la population. L’ouverture du nouveau restaurant scolaire et l’agrandissement de l’accueil de loisir ou de la crèche sont le fruit de ces préoccupations.

Avec l’étalement géographique lié à l’accroissement  démographique de la commune, l’aménagement du territoire a-t-il été bien pensé ?

L’accroissement de Sauvian n’a pas commencé en 2001 avec mon élection à la mairie. Mais contrairement aux années  80-90, où le développement urbain était anarchique  avec  des lotissements qui poussaient sans aucune cohésion, l’aménagement du territoire est aujourd’hui réfléchi. Il y a une structuration des quartiers entre eux.  Mais notre grande priorité a été de créer un cœur de ville. Il n’y a pas si longtemps encore Sauvian était un village sans commerce, coupé en deux par une interminable ligne droite. Le rond-point du centre-ville construit en 2005, tout en permettant de couper cette linéarité n’avait pas réussi totalement à créer un centre-ville. C’est pour cette raison que nous avons regroupé la quasi-totalité des locaux communaux  dans un même secteur. Avec  le déménagement de la mairie, l’ouverture de la nouvelle médiathèque et  du nouveau centre médical, nous voulons créer  un point d’attraction où la population se croise, qu’il y ait une vraie vie. Prenez l’exemple du marché le dimanche, c’est un vrai succès. En ce qui concerne l’étalement géographique de notre commun, il touche à sa fin. La nouvelle déserte qui mènera jusqu’à la nouvelle piscine marquera définitivement la limite de notre commune. La  création de la ZAC des Moulières marque la fin de notre étalement urbain.

L’autre critique que l’on entend concerne votre gestion que certains vont  jusqu’à qualifier de « marxiste ». On vous reproche notamment la forme de gestion du nouveau médical ou le fait de vous improviser lotisseur.

J’ai entendu ça. Je suis tout sauf un idéologue. Je serai plutôt du style pragmatique. Nous étions confrontés à un manque de médecins. Du fait d’un numerus clausus trop bas nous n’avons pas formé assez de médecins ces dernières années en France. Il y a une réelle pénurie .De plus il s’agit d’une profession qui  s’est largement féminisée. Certains médecins ne veulent pas d’une vie faite de 70 heures de travail hebdomadaire. C’est pour ces raisons et en nous inspirant du modèle de Capestang, que nous avons opté pour un modèle où les médecins ainsi que le secrétariat sont des salariés. Embauchés pour 35 heures et libérés des tâches administratives, deux médecins se sont laissé convaincre de nous rejoindre. Ce qui n’était pas gagné. En ce qui concerne le lotissement communal « Les Hauts de Sauvian », il aurait été idiot que les Sauviannais  passent  à côté d’une opération qui a rapporté 847000 euros aux caisses de la commune.

En revanche, il existe un domaine sur lequel personne ne vous attaque, c’est qualité de votre gestion  financière. Quelles sont les recettes ?

On pourrait qualifier ma gestion d’entrepreneuriale. Je n’hésite jamais à réaliser des opérations immobilières comme l’achat dernièrement de la propriété devant le cimetière neuf qui a permis là aussi de dégager un bénéfice de 150 000 euros. Et puis surtout je fais attention aux dépenses en maîtrisant notamment la masse salariale. Par exemple à  Sauvian, on n’embauchera jamais quelqu’un pour s’occuper toute la journée du site internet de la ville comme c’est le cas dans certaines communes. Je préfère m’appuyer sur un personnel compétant plutôt qu’encombrant. Mais le plus important est que cette gestion nous permet depuis 17 ans de ne jamais augmenter les impôts.

Pour finir, quelle est selon vous la principale qualité que devrait posséder un maire ?

Trois mois après ma première élection, j’ai pris la décision d’arrêter ma profession de kiné pour me consacrer à plein temps à mon mandat de maire. Si certains dossiers demandent bien sûr une grande implication du fait de leur complexité,  le quotidien d’un maire est surtout ponctué de petits problèmes qui doivent être réglés rapidement. Je crois qu’un maire doit être principalement disponible et à l’écoute de ses administrés.

Propos recueillis par Laurent Gomez

INTERVIEW
Jacques nain, Président de Choisir Sauvian

Commandant de police honoraire, Jacques Nain a exercé des postes importants notamment dans la lutte contre le grand banditisme et le contre-espionnage. Il a également été en responsabilités électives comme maire-adjoint avec deux mandats dans une commune de 9000 habitants et un autre dans un village similaire à Sauvian. Aujourd’hui Député suppléant d’Emmanuelle Ménard, il est aussi président de « Choisir Sauvian ». L’Agora du Biterrois a rencontré celui qui apparait comme le plus solide opposant à Bernard Auriol, l’actuel maire de Sauvian.

L’association « Choisir Sauvian » est-elle une association à caractère politique en vue des prochaines élections municipales ?

Oui ! Il n’y a aucune ambiguïté. Choisir Sauvian est un cercle de réflexion afin de définir un programme adapté à notre village et centré sur l’intérêt commun. Programme que nous soumettrons, le moment venu, à l’appréciation de nos concitoyens.

Mais quelles sont vos divergences vis-à-vis de l’équipe majoritaire actuelle ?

Nous avons examiné l’ensemble des dossiers traités par cette Municipalité. Notre regard a été objectif mais force a été de constater que dans bien des domaines, notre vision de la politique locale est différente de celle conduite actuellement. Nous nous devions de réagir. Notre différence de projet peut s’exprimer à partir de quelques exemples. Les épisodes méditerranéens et les fortes précipitations qui ont sévi dans notre région s’annoncent durables et ponctuellement intenses. Par anticipation, et si les Sauviannais nous accordent leur confiance, nous procéderons régulièrement au curage des fossés, entretien négligé et pourtant nécessaire à la prévention des inondations.  Dialogue, concertation, équité sont des éléments essentiels dans la gestion de la vie publique, dans tous les domaines y compris celui du monde associatif. La logique et le bon sens veulent que toutes les associations d’un village puissent bénéficier d’une salle communale ou participer aux événementiels sans devoir se heurter à des décisions arbitraires.

Que pensez-vous de la politique d’urbanisation à Sauvian ?

Sur ce sujet, « Choisir Sauvian » s’interroge par rapport au lotissement communal « Les Hauts de Sauvian ».  Au conseil municipal du 31 mai dernier, le premier magistrat annonçait que les 13 lots rapporteraient 1.262.000 € à la commune. En septembre, Midi-Libre indiquait 800.000 €. Pourquoi cette différence de 462 000 € ? Aucune explication n’a été apportée aux Sauviannais. À ce jour c’est chose faite dans la nouvelle Lettre du maire d’octobre 2018. Pour l’heure le bénéfice serait finalement de 847.000 €. À suivre !

Cette frénésie d’urbanisme n’est pas de nature à satisfaire les administrés de Sauvian. Là encore, une autre politique municipale est possible. « Choisir Sauvian » s’interroge sur une nouvelle vision plus respectueuse de l’environnement, des espaces naturels et de la qualité de vie des Sauviannais.

Par frénésie d’urbanisme vous évoquez sûrement la ZAC des Moulières ?

En effet, sous les dernières mandatures, la commune a vu sa population exploser. De 4.101 habitants en 2009, elle est passée à 5.148 en 2017, soit une augmentation de 25 % en 8 ans ! Est-ce raisonnable ?  Je comprends le phénomène migratoire et l’attrait des populations pour notre Région mais je reste lucide. Je pense qu’il serait préférable de maîtriser cet urbanisme outrancier et qu’il conviendrait de rester dans une fourchette comprise entre la progression démographique de l’Occitanie de + 0,8 % et celle de l’Hérault de + 1,4 %. Une progression à taille humaine éviterait le bétonnage excessif de nos espaces naturels prévu par la Municipalité avec la nouvelle ZAC des Moulières. « Choisir Sauvian » a le sentiment que notre village est sacrifié sur l’autel de la finance de l’aménageur.

Alors que proposez-vous ?

Comme je l’ai déjà indiqué nous observons et analysons la vie municipale. Nous enrichissons nos réflexions de l’avis de nombreux Sauviannais sur toutes les affaires publiques pouvant intéresser la gestion communale. Lentement mais sûrement « Choisir Sauvian » avance de manière constructive et concrète sur tous les dossiers concernant notre ville avec notamment un certain nombre d’événementiels comme l’exposition sur le centenaire de la Grande Guerre prévue du 4 au 11 novembre prochain.

Et puis, il faut l’avouer et cela nous fait sourire, nous sommes quelquefois les premiers de cordée quand la Municipalité tente de colmater la brèche que nous avons dévoilée sur tel ou tel sujet. En fait, ce n’est pas à l’homme que nous nous opposons mais à la vision du maire. En 2020, ce sera projet contre projet !

Votre liste municipale aura-t-elle une coloration politique ?

Selon nous, la notion d’intérêt général passe par l’Union des électeurs de droite, de toutes les droites et de toutes celles et ceux qui au-delà de convictions différentes feront confiance à la transparence de notre action et à notre dynamisme. Notre audace est de croire à la réalité de ce rassemblement.

Site internet de « Choisir Sauvian » : http://choisir-sauvian.selfip.net/

Propos recueillis par Laurent Gomez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *