ASB Foot – Mathieu Chabert : « Mes joueurs donnent tout ce qu’ils ont »

INTERVIEW

Nous sommes allés à la rencontre de Mathieu Chabert, entraîneur d’un Béziers de retour pour la première fois en deuxième division depuis trente ans. Il dresse un bilan du début de saison, de sa méthode et des perspectives du club…

L’Agora du Biterrois : Quel bilan peut-on tirer de ce début de saison après sept journées ?

Mathieu Chabert : Nous occupons la 17ème place du classement, la première non relégable avec un match de retard. On a démarré très fort en gagnant deux fois à l’extérieur lors des trois premières journées. Peut-être qu’inconsciemment on a pensé que ce serait moins compliqué que prévu et on s’est un peu relâché, un peu moins d’attention et un peu moins de pression ça se paye cash en Ligue 2. On peut avoir des regrets car on a perdu des matches largement à notre portée. Je signerai pour occuper la même place à la fin du championnat.

Dans votre schéma tactique, existe-t-il un secteur de jeu privilégié ?

Il faut trouver le juste équilibre entre l’animation défensive et offensive. Si on s’investit trop en défense, on ne se donne pas assez d’occasion pour marquer des buts et si on se découvre trop comme contre Metz, on est immédiatement puni. Dans le championnat de Ligue 2, l’ouverture du score est très importante mais vous ne m’enlèverez pas de l’esprit que si l’on ne prend pas de but, on ramène forcément des points.

On entend souvent parler d’une méthode « Chabert », en quoi consiste-t-elle?

Vous savez il y a peu de gens qui travaillent dans des conditions aussi agréables. C’est vraiment un grand bonheur de pouvoir vivre de sa passion. Je le rappelle souvent à mes joueurs. Un sportif ne peut donner le meilleur de lui-même que s’il est bien dans sa tête. Je privilégie toujours la cordialité et la bonne humeur dans mes relations avec les joueurs. Bien qu’ils me tutoient, mes joueurs savent qui est le patron. J’essaie de mettre en place une pédagogie plus participative. Quand je définis un objectif, je demande au joueur, tout en le guidant, comment il ferait pour l’obtenir. En trouvant la solution par lui-même, il l’assimile d’autant plus vite. J’ai une entière confiance en ce groupe, je sais que mes joueurs donnent tout ce qu’ils ont.

Après le feuilleton de la pelouse impraticable, quelles sont vos relations avec l’ASBH et la mairie de Béziers ?

A l’ASB, on lit l’Agora !

Contrairement à ce que certains laissent entendre, les relations entre les deux clubs professionnels de la ville sont au beau fixe. L’engagement des deux Présidents est pour beaucoup dans la décision prise par la Mairie de changer la pelouse. Les deux clubs ont même décidé d’inverser leur calendrier afin de laisser reposer la pelouse provisoire qui sera installée début octobre en attendant le changement définitif de pelouse au mois de juillet prochain. Après le match reporté contre Lens, les services techniques de la mairie ont travaillé tard dans la nuit pour remettre en état la pelouse afin que l’on puisse recevoir Metz dans de bonnes conditions. Je pense que la municipalité tient à prouver qu’elle est capable d’offrir les meilleures infrastructures possibles. Le sport de haut niveau que ce soit le foot ou le rugby, grâce à son exposition médiatique, sert de vitrine à la ville.

Propos recueillis par Laurent Gomez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *